Accueil Contact Livre d'or News Adresses utiles Sites amis Art tribal et antiquités africaines

ZAMBIE

Plaines de Liuwa - Kalabo - Lover Zambezi
Kafue - South Luangwa

La Zambie est un pays africain comme on les imagine. Pas de modernisme, pas de commerce moderne, pas de banque clinquante, mais des gens sympathiques, des petits marchés, de l’activité de survie. Bienvenue en pays Lozi.

Autre caractéristique, l’état des routes. Nous étions prévenus certes, mais à de rares endroits seulement, de Katima jusqu’à Kalabo, nous avons trouvé quelque chose qui avait ressemblé un jour à une piste.

Trois jours pour faire 300 km.

Nous avons longé le Zambèze sur le haut de son cours, et découvert des chutes, qui ne sont pas les chutes Victoria, mais également très belles. Cinq différentes sur un mur de 500 mètres de long environ. L’une d’elles, la plus grande, forme un arc de cercle, comme à Niagara, mais en bien moins haut. Cet endroit est très peu connu, comme toute cette zone. Il faudrait pouvoir survoler les lieux.

Notre objectif était le parc des plaines de Liuwa. Petite réserve où se produit aussi la deuxième plus importante migration des gnous et zèbres d'Afrique. En principe fin Octobre. Il n’y a qu’une seule lionne dans ce parc dévasté par les braconniers angolais pendant la guerre civile. Le parc renaît petit à petit, les paysages sont assez étonnants : grandes plaines entrecoupées de petites forêts. Beaucoup d’eau sur ces terres inondées en saison des pluies : on s'y déplace parfois en bateau.

Certains passages furent…aquatiques ! Nous avons failli perdre l'un de nos compagnons de voyage noyé à hauteur de sa vitre de portière, ouverte à ce moment.

La route pour y parvenir nous a fait emprunter trois bacs, dont un manuel, avec cable de traction, digne de nos épopées malgaches.

Malheureusement, dans cette région comme en Namibie, les pluies étaient en avance. Quotidiennement nous avons eu un orage. Un soir même au milieu du repas : pendant une heure des trombes d’eau sont tombées sur notre abri de fortune. Risotto mouillé ce soir là, et au lit. Notre tente étanche nous a abritée correctement. Les autres étaient trempés, et les journées peu propices au séchage.

Nous avons finalement survécu aux camps de fortune prolongés, aux routes inexistantes et aux intempéries. La gentillesse des populations Lozi et la découverte de ces régions ont compensés les désagréments. Françoise qui sur place classait 60% et 40% (négatif en premier) a revu l’ordre à 40% et 60%. Il faut dire que les accès sont très difficiles et incertains. S’il avait plu sur Mongu pendant les trois jours de notre séjour à Liuwa, nous n’aurions sûrement pas pu revenir par la même voie empruntée pour l’aller. Un camion croisé ensablé le premier jour, avait parcouru seulement 30 km en quatre jours. Nous l’avons à nouveau rencontré à notre retour. Effrayant aussi, mais conséquence logique, le nombre de véhicules aux suspensions ou essieux brisés gisant sur le bord du chemin.

Trés belle escapade à recommander, mais en prenant la précaution de bien choisir sa période.

 

 

 

 

ADRESSES UTILES

 

Konkamoya, Kafue

Konkamoya

 

Placez ici le contenu de class "clearfloat"